Arthrose de l’épaule

L’arthrose correspond à une usure du cartilage recouvrant les pièces osseuses d’une articulation.

Une arthrose est définie par une usure progressive du cartilage dont il existe de nombreuses causes (notamment après instabilité articulaire) mais très souvent aucune n’est identifiée (arthrose idiopathique). L’arthrose gléno-humérale est appelée « omarthrose« .

 

Il ne s’agit en fait pas que d’une disparition du cartilage mais bien d’une maladie articulaire plus ou moins rapidement évolutive marquée initialement par des poussées inflammatoires douloureuses entrecoupées de périodes peu voire pas douloureuses. Puis parfois les douleurs deviennent quotidiennes voire permanentes.

 

Cliniquement des éléments sont évocateurs, avec en-raidissement progressif plus ou moins douloureux surtout dans les rotations (externe ++ main vers l’extérieur, interne main dans le dos), le caractère intermittent des douleurs ou bien des blocages articulaires qui disparaissent en bougeant un peu l’épaule.

 

Le diagnostic est radiologique avec un pincement de l’interligne articulaire (« espace » radiologique entre la tête humérale et la glène de la scapula correpondant en fait à l’épaisseur du cartilage qui est radiotransparent). On retrouve également une déformation de la tête humérale qui perd sa sphéricité ou bien qui s’entoure de surplus osseux appelés ostéophytes ou becs de perroquet, des fragments libres parfois visibles radiologiquement (ostéochondromes) parfois à l’origine de blocage dans l’articulation.

 

On distingue l’omarthrose centrée avec une coiffe des rotateurs fonctionnelle et l’omarthrose excentrée liée à l’évolution d’une rupture de la coiffe des rotateurs (voir suites).

 

L’arthrose de l’épaule, de la principale articulation (gléno-humérale) s’appelle « omarthrose ».

Causes de l’omarthrose:

  • pas de cause retrouvée le plus souvent (arthrose « idiopathique ») ou arthrose primaire
  • arthrose secondaire
    • un rhumatisme articulaire (inflammation durable de l’articulation, il existe de nombreuses causes), des microcristaux (goutte, chondrocalcinose…)
    • une fracture ancienne, des luxations récidivantes de l’épaule, une infection …

On distingue souvent deux types d’omarthrose:

Omarthrose centrée

la tête humérale est en face de la glène , le « cintre » huméro-scapulaire est respecté. Le plus souvent cela sous entend que la coiffe des rotateurs est fonctionnelle.

 

Une omarthrose centrée est une arhrose gléno-humérale avec une tête humérale positionnée normalement par rapport à la glène de la scapula.

Le « cintre » scapulo-huméral est respecté, la tête humérale n’a pas migré dans l’espace sous-acromial.

Cette situation sous entend généralement que la coiffe est présente et fonctionnelle, mais il peut y avoir une lésion incomplète de la coiffe, en particulier  du tendon supra-épineux.

Cette situation permet le plus souvent l’implantation d’une prothèse anatomique (partielle ou totale), une lésion partielle du tendon supra-épineux ne constitue pas forcément une contre-indication

(selon age du patient et le degré de dégénérescence graisseuse de la coiffe)

Omarthrose excentrée

la tête humérale a migré sous l’acromion, elle signe la faillite de la coiffe des rotateurs autour de la tête humérale

 

L’omarthrose excentrée est une arthrose gléno-humérale avec rupture du « cintre » scapulo-huméral signant une faillite de la coiffe des rotateurs.

La tête a donc migré sous l’acromion, avec progressivement une « néo »-articulation entre le dessus de la tête humérale et la partie inférieure de l’acromion.

Cette situation compromet le fonctionnement d’une prothèse anatomique en raison de la disparition de la coiffe des rotateurs.

Elle  justifie en général de l’implantation d’une prothèse inversée si l’épaule est douloureuse ou non fonctionnelle et après échec du traitement médical.